ASSOCIATION HENRI LAGRANGE

Plan International d'Entraide SIEPS
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Quelle honte

Aller en bas 
AuteurMessage
hiram
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 08/08/2005

MessageSujet: Quelle honte   Ven 2 Juin - 19:28

Honte à cette abominable responsable du secours populaire qui a détourné l'argent destiné aux causes humanitaires.

Plus de contrôle et moins de charité spectacle, à des responsables d'assos qui bouffent à toutes les cantines des pouvoirs, les fiches de paie de certains responsables devraient être inscrites au guiness des records.

Pour beaucoup leurs fonds de commerce s'appellent la misère la détresse la souffrance, pourquoi dénonceraient-ils les véritables causes de ce fléaux, l'argent, la spéculation, les fantoches portés au pouvoir par ces puissances de fric, qui vendent au passage leurs armes pourquoi je vous le demande

TOULOUSE (AP) -- L'ancienne directrice du Secours populaire de Haute-Garonne a été condamnée vendredi par le tribunal correctionnel de Toulouse à sept ans d'emprisonnement pour le détournement de plus d'un million d'euros entre 2001 et 2005.
Après avoir comparu mercredi dernier au tribunal correctionnel pour abus de confiance aggravé, faux et usage de faux, Danièle Baglan, 55 ans, a également été condamnée à cinq ans de privation de droits civiques, civils et familiaux, et à cinq ans d'interdiction d'exercer une activité en relation avec l'infraction.
Son fils, Stéphane Hecquette, 37 ans, a été condamné à quatre ans d'emprisonnement dont deux avec sursis pour complicité d'abus de confiance et recel des sommes détournées.
Incarcérées à la maison d'arrêt de Seysses depuis avril 2005, date de leur arrestation, les deux personnes, dont le maintien en détention a également été prononcé, ont été condamnées conformément aux réquisitions du parquet.
La mère et son fils devront également payer solidairement la totalité des sommes détournées, soit 1,157 million d'euros, 617.000 euros pour la Fédération du Secours populaire de Haute-Garonne, 540.000 euros pour la structure régionale, et un euro de dommage et intérêts pour la structure nationale.
Stéphane Hecquette ne devra cependant rembourser qu'à hauteur de 25% des sommes, ce qui a satisfait son avocat, Me Nicolas Raynaud de Lage, qui voulait cependant faire reconnaître l'innocence de son client.
Me Laurent de Caunes, défenseur de Danièle Baglan, a immédiatement annoncé vouloir faire appel de la décision, estimant que cette condamnation maximale empêchait de "répondre à un besoin de réinsertion pourtant nécessaire".
Les parties civiles se sont déclarées très satisfaites des condamnations, tout en regrettant que "toute la lumière n'ait pas été faite sur l'utilisation des sommes détournées", selon Me Raphaël Darribère, avocat du Secours Populaire 31.
"Parmi plusieurs propositions qui vont être prises dans le cadre d'un 'engagement de vigilance' de l'association, nous allons notamment demander à tous les dirigeants de l'association de signer un engagement officiel de ne jamais avoir été condamnés pour des malversations, imposer la double signature de tous les chèques, et instaurer une direction de prévention des risques", a annoncé en marge de la décision de justice, Malika Tabti, membre du bureau national du Secours populaire, "satisfaite que les bénévoles aient été reconnus comme victimes d'un escroc".
Après qu'une lettre anonyme eut dénoncé au printemps 2005 les pratiques de fausses factures de Danièle Baglan, une enquête policière avait déterminé le préjudice subi à environ 1.136.000 euros entre 2001 et 2005, soit un peu moins de l'équivalent du budget annuel du Secours populaire de Haute-Garonne. AP


Boulet Boulet Boulet
Quel culot osez faire appel, non mais même pas de regrets pour ses actes qui ont privé des êtres dans le besoin
berk
http://permanent.nouvelobs.com/societe/20060602.FAP0495.html?1417

_________________
dans le monde intelligible,
l'idée du bien est perçue la dernière et avec peine, mais on ne la peut percevoir sans conclure qu'elle est la cause
de tout ce qu'il y a de droit et de beau en toutes choses;
Platon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Régis
Invité



MessageSujet: ISRAËL - LIBAN   Jeu 24 Aoû - 17:32

ISRAËL - LIBAN.
Destructions délibérées
ou «dommages collatéraux» ?
Les attaques israéliennes
contre les infrastructures civiles

RÉSUMÉ





Amnesty International
DOCUMENT PUBLIC
Index AI : MDE 18/007/2006
Embargo : 23 août 2006
ÉFAI
Août 2006

Durant la guerre récente entre le Hezbollah (Parti de Dieu) libanais et Israël, au cours de laquelle les deux camps ont commis des atteintes graves au droit international humanitaire, les opérations militaires israéliennes ont entraîné, outre la mort d'environ 1 000 civils, des destructions massives des infrastructures libanaises. Les premiers éléments disponibles, et notamment le caractère systématique des attaques israéliennes et leur ampleur, le nombre de victimes civiles, l'importance des dommages subis et les déclarations de responsables israéliens, indiquent que, loin d'être des «dommages collatéraux», ces destructions étaient délibérées et s'inscrivaient dans une stratégie militaire.
En prenant les infrastructures du Liban pour cible, Israël a tout particulièrement violé la prohibition des attaques disproportionnées et menées sans discrimination. Il a probablement aussi enfreint d'autres interdictions, notamment celle concernant les attaques visant directement des biens de caractère civil. Ces violations constituent des crimes de guerre.
Amnesty International demande qu'une enquête globale, indépendante et impartiale soit diligentée par les Nations unies sur les atteintes au droit international humanitaire commises par les deux parties au conflit. Cette enquête, qui doit examiner tout particulièrement les répercussions du conflit sur la population civile, doit avoir pour objectif d'établir les responsabilités pénales individuelles pour des crimes relevant du droit international et d'apporter une réparation complète aux victimes.


Le présent document est une version résumée d'un rapport dont la version anglaise compte 20 pages (8 301 mots) : Israël - Liban. Destructions délibérées ou «dommages collatéraux» ? Les attaques israéliennes contre les infrastructures civiles (index AI : MDE 18/007/2006, août 2006). Pour plus de précisions ou pour agir, veuillez vous reporter au rapport complet. De nombreuses publications, sur ce sujet comme sur d'autres, sont disponibles à l'adresse suivante : http://efai.amnesty.org/
SECRÉTARIAT INTERNATIONAL, 1 EASTON STREET, LONDRES WC1X 0DW, ROYAUME-UNI



La version originale en langue anglaise de ce document a été publiée par Amnesty International, Secrétariat international, Peter Benenson House, 1 Easton Street, Londres WC1X 0DW, Royaume-Uni, sous le titre : Israel/Lebanon. Deliberate destruction or «collateral damage» ? Israeli attacks on civilian infrastructure
La version française a été traduite et diffusée aux sections francophones et au Secrétariat international
par LES ÉDITIONS FRANCOPHONES D'AMNESTY INTERNATIONAL - ÉFAI - août 2006.
Vous pouvez consulter le site Internet des ÉFAI à l'adresse suivante : http://www.efai.org
Revenir en haut Aller en bas
 
Quelle honte
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASSOCIATION HENRI LAGRANGE :: TRIBUNE LIBRE-
Sauter vers: