ASSOCIATION HENRI LAGRANGE

Plan International d'Entraide SIEPS
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Des prisons secrètent de la CIA en Europe

Aller en bas 
AuteurMessage
grasse
Nouveau


Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 04/09/2005

MessageSujet: Des prisons secrètent de la CIA en Europe   Ven 18 Nov - 16:19

"Dieu au secours" écrit sur la porte d'une cellule de la prison d'Abou Ghraib en 2003

(AFP) Suède, Hongrie, Espagne, Maroc, Norvège, Italie, Roumanie, Pologne, Allemagne: enquêtes et demandes d'explications s'accumulent sur l'utilisation présumée par la CIA de plusieurs pays pour le transport, la détention illégale et la torture de présumés terroristes islamistes.

La Norvège, la Suède, le Maroc et l'Espagne sont les derniers en date des pays concernés par ces allégations.

Le gouvernement norvégien a annoncé mercredi "une réunion avec l'ambassadeur américain pour déterminer les circonstances" de l'atterrissage à Oslo le 20 juillet d'un avion qui selon les médias locaux a été utilisé par la CIA pour convoyer des prisonniers islamistes.

En Suède, au moins deux avions-prison de la CIA se sont posés en 2005 et 2002, selon l'agence de presse suédoise TT. L'un de ces avions se serait rendu plusieurs fois à la base américaine de Guantanamo, à Cuba. Le gouvernement suédois a demandé "une information complète" aux autorités de l'aviation civile.

Au Maroc, Le Journal hebdomadaire a affirmé, citant un ex-agent de la DST marocaine, que ce pays avait participé directement à un programme de sous-traitance de la torture mis en place par la CIA et que des appareils affrétés par l'agence américaine avaient effectué au moins 10 déplacements au Maroc de décembre 2002 à février 2005.

En Espagne, 4 avions utilisés par la CIA pour transporter des prisonniers vers des prisons secrètes ont fait au moins 10 escales à Palma de Majorque (Baléares), entre le 22 janvier 2004 et le 17 janvier 2005, selon le quotidien El Pais, citant un rapport de la garde civile. Le ministre de l'Intérieur, José Antonio Alonso, a fait état d'une enquête de la justice espagnole sur ces potentiels "faits gravissimes", qui pourraient aussi concerner les Canaries.

Aux Etats-Unis, l'affaire commence aussi à faire des vagues. Le Sénat a exigé que le chef du renseignement l'informe précisément sur les prisons secrètes gérées par la CIA, où qu'elles se trouvent, tandis que la CIA a demandé au département de la Justice d'enquêter sur "les fuites d'informations sur les prisons".

Il semble également que la CIA pratique aussi l'enlèvement de suspects sur le sol de pays étrangers. En Allemagne, une enquête est en cours sur l'enlèvement en février 2003 en Italie par des agents de la CIA d'Abou Omar, un ex-imam qui aurait transité par la base américaine de Ramstein (sud-ouest de l'Allemagne) pour être conduit en Egypte.

En Italie, le Parquet de Milan a demandé l'extradition de 22 agents de la CIA soupçonnés d'avoir participé à l'enlèvement d'Abou Omar, qui faisait l'objet d'une enquête anti-terroriste en Italie. Le gouvernement italien a exigé "le plein respect de la souveraineté de l'Italie".

Le rapporteur spécial de l'Onu sur la torture, Manfred Nowak, a appelé l'Union Européenne et le Conseil de l'Europe à "mener des enquêtes de haut niveau", une demande à laquelle le Conseil de l'Europe a répondu favorablement.

Les députés européens ont demandé à la Commission européenne d'ouvrir une enquête sur les informations du "Washington Post" selon lesquelles la CIA aurait mis en place des prisons secrètes dans l'est de l'Europe.

Le 3 novembre, la Commission a annoncé qu'elle mènerait des investigations informelles, et que les gouvernements des 25 Etats membres, tout comme les candidats à l'adhésion (Roumanie, Bulgarie, Croatie et Turquie) seraient interrogés sur ces accusations. "L'existence de prisons secrètes ne me semble pas compatible avec la Charte des droits fondamentaux de l'UE", avait alors déclaré Friso Roscam Abbing, porte-parole du commissaire à la Justice

Le commissaire européen à la Justice et aux affaires intérieures, l'Italien Franco Frattini a été plus flou en estimant que la présence de prisons secrètes de la CIA sur le territoire de l'Union européenne constituerait une violation des traités, mais selon lui, c'est aux gouvernements nationaux qu'il revient d'enquêter sur cette affaire, la Commission européenne n'étant pas mandatée pour cela, malgré les demandes en ce sens du Parlement européen.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Des prisons secrètent de la CIA en Europe
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASSOCIATION HENRI LAGRANGE :: TRIBUNE LIBRE-
Sauter vers: