ASSOCIATION HENRI LAGRANGE

Plan International d'Entraide SIEPS
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La prostitution c'est de l'esclavage

Aller en bas 
AuteurMessage
hiram
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 08/08/2005

MessageSujet: La prostitution c'est de l'esclavage   Ven 1 Aoû - 17:38

J'avais, sur différents forums politiques, essayé de défendre l'idée que la prostitution était en fait de l'esclavage, j'ai eu vous pouvez vous en doutez beaucoup de contradicteurs, malheureusement tous les forums où j'avais mis mes posts ainsi que les réponses des forumeurs ont été explosés. J'ai même vu avec déplaisir que certains avaient repris mon pseudo Evil or Very Mad , donc pour en revenir à notre sujet je vous fais un copié collé d'une réponse que j'avais écrit sur le site de TF1, je sais c'est pas le meilleur mais là le sujet m'a interpellé, il s'agissait d'un juge de Nice qui avait osé, bravo à lui, s'attaquer aux clients, grand crime que celui-ci.

Citation :
Très bonne initiative que celle de ce juge, les esprits chagrins qui pensent que la prostitution est un job et qu’elle permet le défoulement des violeurs en puissance, devraient proposer ce travail aux membres de leur famille, fille soeur, frère, mère et bien sûr pour eux également. Appliquons à l’exemple de la Suède la pénalisation des clients, ce qui sont contre pourrons toujours aller pratiquer ce merveilleux ""job"". La prostitution n’est pas un métier c’est de l’esclavage et une manne pour les mafias. Comment voulez-vous que la société avance avec ces pratiques d’un autre âge. Je pense que mes propos vont choquer, c’est cela le drôle de l’histoire, et que comme d’habitude on me rétorquera les mêmes vieilles rengaines, plus de viols, pourquoi ceux-ci ont-ils cessé ? ? Non il faut arrêter avec ça le sexe est une industrie qui rapporte énormément d’argent à des réseaux mafieux qui n’hésitent pas à utiliser de pauvres êtres sans défense comme les enfants. Hiram, Poitiers


En 2003 sur l'impulsion de Madame Martine Lignières-Cassou, que je salue pour son courage, qui proposait d'instaurer une amende 3.750 euros pour les clients de prostituées, là le Estrosi UMP a eu à son secours le grand défenseur des opprimés Noel Mamère et Martine Billard ( VERTS) qui ne voulaient pas entendre parler d'une pénalisation des clients, non mais je rêve Exclamation Estrosi Mamère même combat quelques extraits ci dessous

PARIS (AFP) : Prostituées : l'Assemblée contre la pénalisation des clients


Citation :
mardi 21 janvier 2003

Les députés ont longuement débattu jeudi du problème de la prostitution en s'interrogeant sur une éventuelle pénalisation des clients, qui a finalement été écartée après avoir divisé tant la gauche que la droite. Abordant le volet du projet de loi pour la sécurité intérieure consacré aux nouvelles incriminations, les députés se sont attardés sur cette question à l'occasion d'un amendement déposé par l'ancienne présidente PS de la délégation aux droits des femmes, Martine Lignières-Cassou, qui proposait d'instaurer une amende 3.750 euros pour les clients de prostituées. "Il faut interpeller le troisième acteur" de la prostitution que sont les clients, a-t-elle déclaré après avoir évoqué les prostitués et les proxénètes, tout en ajoutant qu'il ne fallait pas les "stigmatiser" mais leur infliger une sanction "symbolique". Ségolène Royal s'est aussi prononcée pour une pénalisation des clients, mais seulement au terme d'un "gigantesque travail pédagogique". L'ancienne ministre socialiste a cité l'exemple de la Suède qui a réprimé les clients de prostituées après une quarantaine d'années de "travail d'éducation". A droite, Christine Boutin (UMP) s'est également étonnée que "rien ne soit proclamé" dans le projet de loi "contre les clients", et a proposé (avant de revenir sur son initiative) de leur imposer un "traitement médical ou psychologique". En revanche, le rapporteur du texte, Christian Estrosi (UMP), a jugé la répression des clients "inadaptée et inefficace", ajoutant qu'elle conduisait à interdire "de facto la prostitution" et que la majorité "se contente d'agir contre les réseaux mafieux" en réprimant la "traite des êtres humains". Jean-Christophe Lagarde (UDF) s'est également élevé contre la pénalisation des clients, soulignant que "la prostitution mondaine ne sera pas touchée". Mais les critiques les plus vives contre l'amendement de Mme Lignières-Cassou sont venues des députés Verts, Noël Mamère accusant ses partisans de défendre "la prohibition" et d'ériger les clients en "boucs-émissaires" de leurs "propres renoncements". Pour l'ancien candidat à l'Elysée, "on ne peut pas réduire la prostitution à l'esclavage". Martine Billard (Verts, Paris) a pour sa part affirmé que la répression des clients allait "pousser à la clandestinisation" de la prostitution, "renforcer les réseaux et fragiliser les prostituées". Proposant une "démarche plus pragmatique", le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, a défendu la suppression de la distinction entre racolage actif et passif - qui devait être examinée dans la soirée -, tout en reconnaissant qu'elle pouvait avoir "des conséquences non voulues". Mais, a-t-il affirmé, "en pénalisant le racolage, on pénalise le proxénète", qui va être frappé au portefeuille, et "pas la prostituée". "Moi, je ne vous propose pas d'éradiquer la prostitution, ma grande ambition est de contenir le phénomène" de la prostitution, a déclaré le ministre. Il a souligné que "les faits de proxénétisme ont augmenté de 30% en 2002" et que le nombre des personnes qui se prostituent en France est évalué entre "15.000 et 18.000". "Les grands absents de notre débat", a également souligné M. Sarkozy, ce sont ceux qui "rentrent (chez eux) entre deux colonnes de prostituées et de proxénètes", faisant une allusion à la prostitution dans les halls d'immeubles. Le ministre a indiqué au passage qu'il comptait porter les effectifs de l'Office central de répression de la traite des êtres humains (OCRTEH) de 18 à 50 et ceux de la Brigade parisienne de répression du proxénétisme, de 20 à 50.

http://www.agirprostitution.lautre.net/article.php3?id_article=43

Je reviendrai sur ce sujet qui me tient à coeur. mais rappelez-vous la prostitution n'est ni un métier ni un job c'est de l'esclavage, nous sommes au 21ème que diable.

_________________
dans le monde intelligible,
l'idée du bien est perçue la dernière et avec peine, mais on ne la peut percevoir sans conclure qu'elle est la cause
de tout ce qu'il y a de droit et de beau en toutes choses;
Platon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hiram
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 08/08/2005

MessageSujet: Re: La prostitution c'est de l'esclavage   Ven 1 Aoû - 17:40

Concernant l'esclavage il est clairement indiqué ci dessous que la prostitution est pénalisable.

Citation :
L’esclavage des femmes et des enfants soumis à la prostitution est incompatible avec la dignité de la personne humaine et avec ses droits fondamentaux."
Résolution E/RES/1983/30 de l’ONU, 1993.

L’esclavage sexuel est l’un des esclavages majeurs de ce début de siècle. Il est significatif que l’essentiel du rapport produit par la Mission parlementaire sur les nouvelles formes de l’esclavage [1] porte sur la prostitution.

Les trafiquants édifient de véritables marchés aux femmes, par exemple dans les Balkans et dans certains pays de l’ex-URSS, qui égalent en horreur les pires heures de l’esclavage des Noirs : les femmes y sont jaugées nues, estimées en fonction de l’âge, des cicatrices, de la virginité, puis vendues aux enchères... Pour décourager toute rebellion, les victimes subissent souvent des viols à répétition et autres tortures.

Mais les formes d’esclavage ne concernent pas les seules victimes de traficants étrangers.

La prostitution présente en elle-même des analogies avec l’esclavage : appropriation de la personne comme d’une chose pour le bon plaisir de l’usager, et l’angoisse permanente qui en découle, la dépendance d’un maître pour un profit financier, le corps fractionné et vendu "à la pièce" en fonction de l’acte exigé.

Le 6 mars 1993, à Bruxelles, la Fédération Internationale de Droits de l’Homme a pris position contre toutes les formes d’exploitation sexuelle des êtres humains - parmi lesquelles la prostitution -, lors d’une conférence internationale intitulée "Commerce du sexe et droits humains".

http://www.mouvementdunid.org/Pourquoi-dire-que-la-prostitution,122

DOCUMENTS SUR EXPLOITATION DE LA PROSTITUTION D'AUTRUI


Haut commissaire des Nations Unis Aux Droits de l'Homme

http://193.194.138.190/Huridocda/Huridoca.nsf/TestFrame/fc931335a1f944f8c1256967004d4619?Opendocument

http://193.194.138.190/huridocda/huridoca.nsf/FramePage/Subject%20exploita%20Fr?OpenDocument&Start=2.4.2&Count=15&ExpandView

_________________
dans le monde intelligible,
l'idée du bien est perçue la dernière et avec peine, mais on ne la peut percevoir sans conclure qu'elle est la cause
de tout ce qu'il y a de droit et de beau en toutes choses;
Platon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hiram
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 08/08/2005

MessageSujet: Re: La prostitution c'est de l'esclavage   Ven 1 Aoû - 17:42

La France pourrait prendre exemple, bravo à la Suède pour son action

Citation :
POLITIQUE
La Suède victorieuse de la prostitution
A la fin des années 1990, pendant que l'Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas légalisaient la prostitution, la Suède choisissait la méthode 'dure' et décidait de punir les clients. Résultat : la Suède fait aujourd'hui figure de modèle - tout au moins en Europe du Nord, écrit le journal. "L'Allemagne compte environ 400 000 prostituées. La légalisation aurait dû freiner la discrimination dont elles font l'objet (...). Or, leur situation n'a pas connu de changement fondamental. Seul 1 % des prostituées bénéficie de l'assurance-chômage. Les Verts, fervents partisans de cette législation, se retrouvent aujourd'hui dans l'opposition, et la CDU n'aime pas cette mesure. Le vent a tourné (...). En comparaison, la Suède dénombre peu de prostituées. Une situation qui s'explique en partie par le changement de mentalités initié par le mouvement féministe suédois à la fin des années 1970 (...). Après l'introduction de la loi sur la criminalisation des clients, la prostitution a quasiment disparu des rues suédoises. Les effets de cette loi n'ont pas encore été évalués avec précision, mais ce n'est sans doute pas nécessaire. 80 % de la population suédoise s'y déclare favorable".

http://europe.courrierinternational.com/eurotopics/article.asp?langue=fr&publication=26/07/2007&cat=POLITIQUE&pi=0

http://sydsvenskan.se/opinion/huvudledare/article254231.ece

_________________
dans le monde intelligible,
l'idée du bien est perçue la dernière et avec peine, mais on ne la peut percevoir sans conclure qu'elle est la cause
de tout ce qu'il y a de droit et de beau en toutes choses;
Platon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hiram
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 08/08/2005

MessageSujet: Re: La prostitution c'est de l'esclavage   Ven 1 Aoû - 17:44

Pris sur l'excellent site VegAnimal pour comprendre le fonctionnement et surtout le discours de certaines personnes qui trouvent plus que normal cet esclavage, dont les altermondialistes et verts, mais si, mais si, vous avez bien lu, cela me déçoit énormément.

http://www.veganimal.info/article.php3?id_article=559

Quelques extraits

Citation :
Richard Poulin, sociologue et spécialiste des industries du sexe, a accepté de répondre aux questions de Virginie Bronzino, du site d’information VegAnimal.

Professeur titulaire de sociologie à l’Université d’Ottawa, Richard Poulin analyse les industries du sexe depuis plus de 20 ans. Cet essai dresse non seulement le portrait mondial de la prostitution des enfants, en lien avec le tourisme sexuel et la traite à des fins de prostitution, mais s’attarde également aux causes de l’entrée dans la prostitution, notamment dans les pays capitalistes développés. Après avoir souligné que l’on assiste à un rajeunissement des personnes prostituées à l’échelle planétaire, il montre que l’âge moyen du recrutement dans la prostitution dans lesdits pays capitalistes développés tourne autour de 14 ans, ce qui met à mal l’idée que la prostitution est l’expression d’un libre choix.

Richard, quel déclic vous a fait devenir un abolitionniste de la prostitution ?

L’humaniste que je suis ne pouvait certainement pas défendre et promouvoir un système de marchandisation des corps et des sexes au profit des proxénètes et des clients prostitueurs et de soumission des femmes et des enfants au plaisir sexuel d’autrui. Il ne s’agit donc pas d’un déclic, mais d’une démarche de réflexion entreprise depuis 20 ans.

Rappelons que la prostitution relève d’une organisation hiérarchisée au profit des proxénètes (qu’ils soient trafiquants ou non) qui aménagent l’exploitation et l’assujettissement des femmes et des enfants au plaisir sexuel masculin. Qu’elle soit féminine - fillettes, jeunes filles ou femmes de tous âges - ou masculine - garçons, adolescents et jeunes hommes, travestis et transsexuels -, la prostitution est une institution sociale à l’usage quasi exclusif des hommes. Elle est une industrie essentiellement vouée au plaisir des hommes et à la démonstration de leur supériorité.

La prostitution actuelle prolonge cette voie archaïque non pas parce que les femmes et les enfants sont juridiquement des " esclaves sexuelles ", même si souvent, parce qu’elles sont vendues et achetées successivement par des proxénètes et des trafiquants, leur sort a de nombreux traits communs avec celui des esclaves. Mais, formellement, aucun État n’avalise la mise en esclavage d’un être humain.

Les traits communs sont toutefois nombreux dans les faits non dans les lois. Les exemples sont abondants et dénoncés avec fracas par les médias. En même temps, les pires formes de prostitution et de traite des êtres humains servent souvent à justifier celles qui sont qualifiées de " volontaires ". C’est pourquoi nombreux sont les gens qui s’opposent à la prostitution " forcée ", ravalée à l’esclavage, tout en acceptant - certains en font même la promotion - de la prostitution dite " volontaire ". Les États réglementaristes s’appuient notamment sur cette distinction pour légaliser l’inégalité entre les femmes et les hommes, ce qui est le fondement même de la prostitution.

la suite sur le site ci dessous

http://www.veganimal.info/article.php3?id_article=559

_________________
dans le monde intelligible,
l'idée du bien est perçue la dernière et avec peine, mais on ne la peut percevoir sans conclure qu'elle est la cause
de tout ce qu'il y a de droit et de beau en toutes choses;
Platon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La prostitution c'est de l'esclavage   

Revenir en haut Aller en bas
 
La prostitution c'est de l'esclavage
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La prostitution étudiante
» Prostitution
» SNSM TOULON CFI
» le daf malek ou malik dial meknes machi benaddou
» Prostitution

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASSOCIATION HENRI LAGRANGE :: TRIBUNE LIBRE-
Sauter vers: