ASSOCIATION HENRI LAGRANGE

Plan International d'Entraide SIEPS
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les destructeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ATHIS
Invité



MessageSujet: Les destructeurs   Lun 26 Nov - 20:37

Passé de la gauche prolétarienne à la vice-présidence du Medef , Denis Kessler, actuellement PDG du Groupe Scor, claironne sans rougir que le programme des réformes entamées par Nicolas Sarkozy visant à faire entrer la France dans la mondialisation se résume par la destruction méthodique du programme du CNR ! Dans un article de Challenges N°94 du 4 octobre 2007 « Adieu 1945, raccrochons notre pays au monde ! », il écrit :

« Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de la retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme...

A y regarder de plus près, on constate qu’il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! »

Ce programme écrit Kessler s’est « traduit par la création des caisses de Sécurité sociale, le statut de la fonction publique, l’importance du secteur public productif et la consécration des grandes entreprises françaises qui viennent d’être nationalisées, le conventionnement du marché du travail, la représentativité syndicale, les régimes complémentaires de retraite, etc. »

« Cette ‘architecture’ singulière a tenu tant bien que mal pendant plus d’un demi-siècle. Elle a même été renforcée en 1981, à contresens de l’histoire, par le programme commun. Pourtant, elle est à l’évidence complètement dépassée, inefficace, datée. Elle ne permet plus à notre pays de s’adapter aux nouvelles exigences économiques, sociales, internationales. »
Revenir en haut Aller en bas
david75
Invité



MessageSujet: Le devoir de vigilance   Lun 26 Nov - 20:41

Voici le texte intégral paru dans "Challenges N° 94"

Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s'y emploie.

Adieu 1945, raccrochons notre pays au monde !

Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d'importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme...


Lire aussi

La faille
Bloc-notes
La solution coréenne au casse-tête nucléaire
Parfum d'aventure
Tous les Editoriaux
A y regarder de plus près, on constate qu'il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !
A l'époque se forge un pacte politique entre les gaullistes et les communistes. Ce programme est un compromis qui a permis aux premiers que la France ne devienne pas une démocratie populaire, et aux seconds d'obtenir des avancées - toujours qualifiées d'«historiques» - et de cristalliser dans des codes ou des statuts des positions politiques acquises.
Ce compromis, forgé aune période très chaude et particulière de notre histoire contemporaine (où les chars russes étaient à deux étapes du Tour de France, comme aurait dit le Général), se traduit par la création des caisses de Sécurité sociale, le statut de la fonction publique, l'importance du secteur public productif et la consécration des grandes entreprises françaises qui viennent d'être nationalisées, le conventionnement du marché du travail, la représentativité syndicale, les régimes complémentaires de retraite, etc.
Cette «architecture» singulière a tenu tant bien que mal pendant plus d'un demi-siècle. Elle a même été renforcée en 1981, à contresens de l'histoire, par le programme commun. Pourtant, elle est à l'évidence complètement dépassée, inefficace, datée. Elle ne permet plus à notre pays de s'adapter aux nouvelles exigences économiques, sociales, internationales. Elle se traduit par un décrochage de notre nation par rapport à pratiquement tous ses partenaires.
Le problème de notre pays est qu'il sanctifie ses institutions, qu'il leur donne une vocation éternelle, qu'il les «tabouise» en quelque sorte. Si bien que lorsqu'elles existent, quiconque essaie de les réformer apparaît comme animé d'une intention diabolique. Et nombreux sont ceux qui s'érigent en gardien des temples sacrés, qui en tirent leur légitimité et leur position économique, sociale et politique. Et ceux qui s'attaquent à ces institutions d'après guerre apparaissent sacrilèges.
Il aura fallu attendre la chute du mur de Berlin, la quasi-disparition du parti communiste, la relégation de la CGT dans quelques places fortes, l'essoufflement asthmatique du Parti socialiste comme conditions nécessaires pour que l'on puisse envisager l'aggiornamento qui s'annonce. Mais cela ne suffisait pas. Il fallait aussi que le débat interne au sein du monde gaulliste soit tranché, et que ceux qui croyaient pouvoir continuer à rafistoler sans cesse un modèle usé, devenu inadapté, laissent place à une nouvelle génération d'entrepreneurs politiques et sociaux. Désavouer les pères fondateurs n'est pas un problème qu'en psychanalyse.



par Denis Kessler
Revenir en haut Aller en bas
Raymond
Invité



MessageSujet: Santan conduit-il le bal aujourd'hui ?   Mer 5 Déc - 17:29

Voici ce qui déclenche la "haine" de Sieur Kessler en effet quel horreur... Un monde juste et humaniste....

Santan conduit-il le bal aujourd'hui ?

Kessler tu parle trop vite. Ne baisse pas ton masque trop rapidement.


Afin d'assurer :
-l'établissement de la démocratie l'a plus large en rendant la parole au peuple français, par le rétablissement du suffrage universel
-la pleine liberté de pensée, de conscience et d'expression
-la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l'égard de l'Etat, des puissances d'argent et des influences étrangères
-la liberté d'association, de réunion et de manifestation
-l'inviolabilité du domicile et le secret de lacorrespondance
-le respect de la personne humaine
-l'égalité absolue de tous les citoyens devant la loi.

5° Afin de promouvoir les réformes indispensables :
a. Sur le plan économique :
-l'instauration d'une véritable démocratie économique et sociale impliquant l'éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l'économie
- une organisation rationnelle de l'économie assurant la subordination des intérêts particuliers à l'intérêt général et affranchie de la dictature professionnelle instaurée à l'image des Etats fasciste
- l'intensification de la production nationale selon les lignes d'un plan arrêté de tous les éléments de cette production
- le retour à la nation de tous les grands moyens de production monopolisée, fruits du travail commun,des sources d'énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d'assurance et des grandes banques
- le développement et le soutien des coopératives deproduction, d'achat et de vente, agricoles et artisanales
- le droit d'accès, dans le cadre de l'entreprise, aux fonctions de direction et d'administration, pour les ouvriers possédant les qualités nécessaires, et laparticipation des travailleurs à la direction del'économie
b. Sur le plan social :
-le droit au travail et le droit au repos, notammentpar le rétablissement et l'amélioration du régime contractuel du travail
-un réajustement important des salaires et la garantie d'un niveau de salaire et de traitement qui assure à chaque travailleur et à sa famille la sécurité, la dignité et la possibilité d'une vie pleinement humaine
-la garantie du pouvoir d'achat national par une politique tendant à la stabilisation de la monnaie
-la reconstitution, dans ses libertés traditionnelles,d'un syndicalisme indépendant, doté de larges pouvoirs dans l'organisation de la vie économique et sociale
-un plan complet de Sécurité Sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d'existence dans tous les cas où ils sont incapables de se les
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les destructeurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les destructeurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Piments rouges contre éléphants destructeurs de cultures
» Ces destructeurs d'éléments nutritifs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASSOCIATION HENRI LAGRANGE :: PROGRAMME NATIONAL DE LA RESISTANCE-
Sauter vers: